Midland débute une nouvelle campagne d’exploration sur ses projets Mythril et Mythril régional

11 août 2020

Montréal, le 11 aout 2020. Exploration Midland inc. (« Midland ») (TSX-V : MD) a le plaisir d’annoncer la reprise des travaux d’exploration sur ses projets Mythril et Mythril régional (100% Midland), localisés dans la région d’Eeyou Istchee Baie-James, Québec. Le programme de l’été 2020 consiste en un levé de sédiments de lacs et en une campagne de prospection et de reconnaissance. La campagne de prospection qui aura lieu en août, se déroulera sur 3 semaines et ciblera de nouvelles anomalies de sédiments de lacs ainsi que des indices et des champs de blocs à cuivre-or-molybdène et aurifères découverts en 2019 sur les deux projets.

Levé de sédiments de lacs juin 2020

Un levé de sédiments de lacs à haute densité comprenant 190 échantillons a été réalisé en juin dernier sur le bloc de claims de Corvette, situé à environ 40 kilomètres au sud-est des indices à Cu-Au-Mo du projet Mythril. Ce levé a couvert l’ensemble de cette propriété où des nouveaux indices et des blocs à Cu-Au-Mo avaient été découverts en septembre 2019 (voir communiqué de presse de Midland daté du 31 octobre 2019). Les échantillons du levé ont été analysés de façon préliminaire avec une technologie de XRF portable (appareil Vanta de Reflex) afin d’obtenir rapidement des résultats qui permettront de faire un suivi des anomalies dès le mois d’août.

Dans la partie ouest du bloc de Corvette, en 2019, cinq échantillons choisis d’affleurements dispersés sur une zone d’environ 30 mètres avaient titré une moyenne de 0,65 % Mo, 0,1 % Cu, 0,09 g/t Au, 6,0 g/t Ag, et jusqu’à 1,79 % Mo. Un échantillon choisi d’un bloc sub en place découvert à proximité avait également titré 3,84 g/t Au et 0,45 % Mo. La minéralisation du bloc de claims de Corvette se présente sous forme de stockworks de veinules de quartz et de fractures minéralisées en molybdénite et en chalcopyrite dans une tonalite. La minéralisation est interprétée comme étant de type porphyrique à molybdène-cuivre-or. Toujours en 2019, un bloc erratique de tonalite de taille métrique et minéralisé en arsénopyrite avait titré 3,47 g/t Au et 1,1 g/t Au en échantillons choisis. La provenance de ce bloc demeure inconnue. Ce secteur à fort potentiel a très peu été exploré par le passé.

Prospection et reconnaissance août 2020

Des travaux de suivi en prospection seront réalisés sur le bloc Tilly Sud du projet Mythril régional. En 2019, un nouvel indice à Cu-Au-Mo y avait été découvert dans la partie nord-est du bloc de claims (indice Tornado). Cet indice est situé à environ 45 kilomètres au nord-est des indices à Cu-Au-Mo du projet Mythril. Sur cet indice, un échantillon choisi d’une zone minéralisée en chalcopyrite d’épaisseur décimétrique avait titré 4,7 g/t Au, 0,39 % Cu et 3,58 g/t Ag. Sur le même affleurement, une zone contenant des fractures minéralisées en molybdénite avait titré 2,11 g/t Au et 0,02 % Mo dans un échantillon choisi. Finalement, une veine de quartz-feldspath d’épaisseur centimétrique du même affleurement avait titré 0,05 % Mo et 0,26 g/t Au (échantillon choisi). À environ 200 mètres au sud-est de l’indice Tornado, un échantillon choisi d’un bloc anguleux de paragneiss contenant des bandes minéralisées en chalcopyrite avait titré 3,13 g/t Au, 0,35 % Cu et 6,66 g/t Ag. Tout comme l’indice Tornado, ce bloc erratique s’est donc avéré particulièrement riche en or. L’indice Tornado n’a pas fait l’objet de suivi jusqu’à maintenant et le secteur a été très peu exploré auparavant. Les résultats du secteur de l’indice Tornado ont été publiés dans le communiqué du 31 octobre 2019. Le secteur de l’indice Tornado devait être couvert par un levé PP à l’hiver dernier mais ce levé n’a pas pu être réalisé en raison de la crise de la COVID-19.

Toujours sur le bloc Tilly sud, dans la partie ouest du bloc de claims et à environ 13 kilomètres au sud-ouest de l’indice Tornado, un autre système de minéralisations à cuivre et molybdène avait été mis à jour à l’été 2019. Les résultats suivants ont été annoncés dans le communiqué du 31 octobre 2019. L’indice Faramir est un nouvel indice de cuivre-molybdène, qui a donné une moyenne de 0,17 % Cu provenant de 4 échantillons choisis, et jusqu’à 0,34 % Cu, avec des teneurs localement anomales en molybdène (jusqu’à 0,02 % Mo). L’indice consiste en des disséminations de chalcopyrite dans un granite très altéré et fortement injecté de veines de quartz, chlorite, ankérite et épidote. L’indice semble associé à une faille fragile tardive orientée nord-ouest / sud-est qui est clairement visible sur les données aéromagnétiques régionales. Un total de 22 blocs de granitoïdes minéralisés en chalcopyrite ont également été découverts dans les environs (blocs Boromir). Ces blocs sont fortement altérés et injectés d’intenses réseaux de veines (quartz, chlorite, épidote, ankérite). Ils ont titré une moyenne de 0,12 % Cu avec jusqu’à 0,45 % Cu (éch. S410734), en échantillons choisis. Ces blocs sont très similaires à l’indice Faramir et sont dispersés sur une zone d’environ 1 kilomètre par 500 mètres. Ils sont interprétés comme provenant de la même zone de faille que l’indice Faramir. Ces nouveaux indices et blocs sont considérés comme la partie externe (altération propylitique) d’un système magmatique-hydrothermal.

Durant l’hiver dernier, un levé de polarisation provoquée pôle-dipôle (n=20), permettant d’investiguer plus profondément, a été réalisé dans le secteur de la faille de l’indice Faramir, pour identifier des anomalies de chargeabilité (PP) qui indiqueraient la partie plus minéralisée du système à Cu-Mo. Le levé a réalisé à environ 50% car il a été interrompu en raison de la crise de la COVID-19. Sur ce levé, la ligne PP située la plus au sud-est indique une anomalie de chargeabilité profonde dans la zone de faille qui pourrait représenter une portion plus minéralisée du système. Il s’agit d’une cible de forage éventuelle. La faille hôte de la minéralisation sera également suivie cet été vers le sud-est en prospection.

Un champ de blocs aurifères situé dans la partie nord-est du projet Mythril fera également l’objet de travaux de prospection plus détaillés. En 2019, trois blocs ayant titré respectivement 2,84 g/t Au, 2,83 g/t Au, 0,59 g/t Au (échantillons choisis) y ont été découverts ; ces résultats ont été publiés le 7 novembre 2019. Ces blocs sont caractérisés par de faibles teneurs en cuivre (<0.15% Cu) et molybdène (<0.01% Mo), ainsi que par de faibles quantités de pyrite (jusqu’à 1%). Il s’agissait de la première occurrence de minéralisation dominée par l’or sur Mythril. Ces blocs n’ont pas fait l’objet de suivi à ce jour. A l’hiver 2020, un levé de polarisation provoquée dipôle-dipôle a couvert ce secteur et a révélé des anomalies faibles à modérées près des blocs aurifères, qui seront investiguées durant la campagne de prospection d’août.

Modèle 3D Mythril

Un modèle géologique 3D de la minéralisation du secteur principal du projet Mythril a été réalisé sur la plateforme Leapfrog au cours des derniers mois pour mieux comprendre les contrôles du système. La modélisation de l’enveloppe de la minéralisation a été utilisée pour comprendre à quels endroits de la minéralisation à Cu-Au-Mo-Ag additionnelle pourrait être découverte. De plus, l’étude des relations entre la géologie, l’altération, et la géophysique a permis d’identifier de nouvelles cibles de forages. Certaines cibles de forages visent des zones non-testées où un contexte géologique et géophysique favorable est identifié, alors que d’autres cibles permettraient de tester les extensions possibles des enveloppes minéralisées à hautes teneurs.

Contrôle de la qualité

La conception du programme d’exploration et l’interprétation des résultats sont effectués par des personnes qualifiées appliquant un programme d’assurance-qualité et de contrôle de la qualité conforme aux meilleures pratiques de l’industrie, incluant l’utilisation de standards et de blancs pour chaque 20 échantillons. Les échantillons de roches du projet sont analysés pour l’or par pyroanalyse standard sur une fraction de 30 grammes avec fini par spectroscopie d’émission atomique à plasma à couplage inductif (ICP-AES; Au-ICP21) ou avec fini gravimétrique (Au-GRA21) aux laboratoires d’ALS Minerals à Vancouver en Colombie-Britannique. Tous les échantillons sont aussi analysés pour plusieurs éléments par la méthode ICP-AES à quatre acides (ME-ICP61) aux laboratoires d’ALS Minerals à Vancouver en Colombie-Britannique. Les échantillons dont la teneur en cuivre, zinc, molybdène ou nickel dépasse 1 % sont réanalysés par la méthode ICP-AES à quatre acides optimisée pour les hautes teneurs.

À propos de Midland

Midland mise sur l’excellent potentiel minéral du Québec pour faire la découverte de nouveaux gisements d’or, d’éléments du groupe du platine et de métaux usuels de calibre mondial. Midland est fière de compter sur des partenaires renommés tels que Wallbridge Mining Company Ltd., Probe Metals Inc., BHP Billiton Canada Inc., Mines Agnico Eagle Limitée, Minière Osisko inc., SOQUEM inc., le Fonds d’exploration minière du Nuvavik et Mines Abcourt inc. Midland préfère travailler en partenariat et entend conclure rapidement des ententes à cet égard en ce qui concerne ses propriétés nouvellement acquises. La direction évalue actuellement d’autres opportunités et projets afin de bonifier le portfolio de la Société et créer une valeur ajoutée pour ses actionnaires.

Ce communiqué de presse a été préparé par Mario Masson géo., Vice-président Exploration chez Midland et personne qualifiée selon le Règlement 43-101.

Pour plus d’information, veuillez consulter le site web de Midland ou communiquer avec :
Gino Roger, président et chef de la direction
Tél. : 450 420-5977
Téléc. : 450 420-5978
Courriel : info@midlandexploration.com
Site web : https://www.midlandexploration.com/

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de règlementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l’exactitude du présent communiqué.

Le présent communiqué peut contenir des énoncés prospectifs qui sont assujettis à des risques connus et inconnus et des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels soient sensiblement différents des résultats escomptés. Ces risques et ces incertitudes comprennent ceux décrits dans les rapports périodiques de Midland, notamment dans le rapport annuel ou dans les documents déposés par Midland de temps à autre auprès des autorités de règlementation en valeurs mobilières.

Documents: